Semi-marathon du bois de Vincennes 2014 : un petit coup d’arrêt sur semi

Semi-marathon du bois de Vincennes 2014

Deux semaines après le semi-marathon de Rennes qui a été l’occasion de réaliser ma meilleure performance sur la distance (01:23:32), on enchaîne ! Place cette fois au semi du bois de Vincennes, que j’avais déjà couru l’an dernier, pour ce qui était alors mon deuxième semi-marathon. Avant la course, je suis plutôt confiant sur le fait de pouvoir améliorer mon chrono de Rennes :

  • J’ai deux semaines de préparation en plus dans les jambes (le semi de Rennes était intervenu un peu tôt, avec seulement sept semaines de préparation après un mois sans courir) ;
  • Le parcours est relativement plat, contrairement à Rennes où il y avait un petit peu de dénivelé et un secteur pavé ;
  • Et surtout, la météo s’annonce plutôt favorable ! A Rennes, il avait plu tout le long du parcours, et j’avais terminé frigorifié…

Un départ un peu rapide

Le dimanche matin, je profite du changement d’heure pour me lever à 7h, et ainsi déjeuner un peu plus tôt que je n’ai l’habitude de le faire. Je suis passé récupérer mon dossard la veille, et je n’ai donc qu’à déposer mes affaires à la consigne avant de m’échauffer tranquillement. Je poursuis même l’échauffement jusqu’à quelques minutes avant le départ, pouvant courir sur le début de la route emprunté par la course : l’avantage d’être dans le premier sas, et ainsi de ne pas avoir à batailler pour se placer ! A noter qu’au semi-marathon du bois de Vincennes, le départ est donné simultanément à deux endroits différents, deux allées parallèles (l’avenue des Minimes), dans lesquelles les coureurs sont répartis par dossards pairs et impairs. Tout le monde se rejoint ensuite après environ 300 mètres de course. Attention au goulot d’étranglement, pour l’avoir vécu un an plus tôt…

Je me place donc à quelques mètres de la ligne de départ. Objectif : ne pas partir trop vite sur les premiers kilomètres, comme je l’ai fait à Rennes où je me suis un peu « grillé » pour la suite, pour après monter en puissance sur la fin de parcours. Pourtant, là encore, mon premier kilomètre sera le plus rapide (3min39s). L’influence, sans doute, de la vitesse des meilleurs coureurs, qui partent à côté de moi dans le sas. Sans vouloir tenter de les suivre, le rythme qu’ils impulsent dès le départ a sans doute aussi un effet sur le mien. Je repars vite sur un rythme plus régulier par la suite, un peu au-dessus des 3min50s par km, soit plus rapide que la rythme moyen pour atteindre un objectif d’1h24min (3min58s par km).

Un petit coup d’arrêt dans ma progression sur semi

La course se déroule tranquillement mais, à mi-parcours, je sens rapidement que je ne vais pas être en mesure d’accélérer pour aller chercher un éventuel chrono. A partir du dixième kilomètre, je suis au-dessus de 4min par km. Rien de bien inquiétant, avec un kilomètre le plus lent bouclé en 4min14s (avec 17m de dénivelé positif), mais je n’ai clairement pas les jambes pour accélérer sur la fin, et je boucle tranquillement la course en 1h24min32s, à une 69e place. Pour la première fois depuis que je cours un semi-marathon, mon cinquième, je n’ai pas amélioré mon temps. Petite déception, donc, puisque j’espérais réaliser mon meilleur chrono sur ce semi, bien plus que je ne misais sur Rennes. J’ai néanmoins la satisfaction de m’être désormais installé pour la troisième fois de suite sous la barre des 1h25min, et de réaliser un temps qui reste conforme à mon objectif d’entraînement (1h24min). Après avoir gagné onze minutes en un an sur semi, il va désormais être de plus en plus difficile d’aller gratter des minutes supplémentaires…

Pour conclure, je dois dire que le semi-marathon du bois de Vincennes est vraiment une très jolie course. Le parcours, autour et dans le bois (où je n’ai jamais l’occasion de courir), est très agréable. Le nombre de participants reste raisonnable (2751 arrivants), bien loin des plus de 30 000 coureurs qui envahissent l’esplanade du château de Vincennes à l’occasion du semi-marathon de Paris. Sans oublier, bien sûr, la très bonne organisation. Bref, une excellente course, à laquelle je prendrai plaisir à participer de nouveau l’an prochain !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.